Art Moderne Peinture

Dominiquin et Sant Andrea della Valle

Temps de lecture : 2 minutes

Un mode d’expression typique de l’art baroque

Façade de l'église Sant Andrea della Valle
Église Sant Andrea della Valle, Rome – ©Italie-Découverte

Les décors des voûtes, ou surfaces plafonnantes, constituent un mode d’expression caractéristique de l’art baroque. Il se définit par l’illusionnisme qui exalte la puissance de l’Église et les sens du fidèles selon les principes de Cicéron propres à la Contre-Réforme (Émouvoir, Instruire, Plaire). Prenons l’exemple du Dominiquin, artiste classique, qui peint deux ensembles de fresques dans l’église Sant-Andrea della Valle à Rome (vers 1625) : les pendentifs de la coupole à la croisée du transept et les épisodes de la vie de saint André dans l’abside.

Vue de la nef et de la coupole de Sant Andrea della Valle
Intérieur de l’église – Vue sur la nef et la coupole avec ses pendentifs
©Wikipedia Tango7174

Dominiquin et l’église Sant Andrea della Valle, Rome

Cette église baroque est située à Rome. Sa construction date de la fin du XVIème pour s’achever au début du XVIIème siècle. Sur les quatre pendentifs, on retrouve les quatre tétramorphes. Le fond et la forme coïncident car Dominiquin adapte ses figures au tracé triangulaire des pendentifs. Grâce à la technique “di sotto in sù“, elles semblent en relief et se penchent vers le fidèle. La monumentalité des figures rappellent l’influence de Michel-Ange sur l’artiste. Il s’agit de représentations idéalisées, uniques dans leur compartiment.

Dominiquin, Pendentifs de la coupole de l'église Sant Andrea della Valle
Les quatre pendentifs des apôtres par le Dominiquin
©Wikipedia Livioandronico2013

La conception des fresques dans l’abside est différente. Le martyre de saint André nécessite un processus de narration. Ainsi plusieurs personnages sont nécessaires pour chaque scène. La technique de la quadratura permet d’agencer ces scènes et de donner l’illusion de tableaux grâce aux quadri riportati. On retrouve cette technique chez Carrache dans la Galerie Farnèse ou avec Michel-Ange dans la chapelle Sixtine. L’espace qui était une contrainte n’en est plus une car il adapte son art à celui-ci.

Voûte de la nef de l'église Sant Andrea della Valle
Sant Andrea della Valle – fresques de l’abside
©Wikipedia Tango 7174

À lire : Les fresques de Carrache, “Le triomphe de Bacchus”, Galerie Farnèse, Rome

Le décor des voûtes : un art de la Contre-Réforme

Le Dominiquin, dans la conception des fresques de Sant Andrea della Valle exalte la puissance de l’Église grâce à des techniques illusionnistes déjà observées chez ses prédécesseurs. Il touche les sens du fidèle grâce à un art lisible qui permet le l’instruire.

Pour en savoir un peu plus sur cette église :